Dada'Art 3 - Nomades

Dernière mise à jour : 12 nov.

DADA'ART 3

NOMADES




 




 

L'exposition Dada'Art 3 regroupant 32 artistes avait comme thématique "Nomades".




 

Routarde dans l’âme, c’est dans un premier temps la magie du voyage, de la découverte du monde, de la rencontre de l'autre que lui évoquait le mot “nomade”.

C’est la lecture d’un article sur l’île italienne de Lampedusa, qui bouleversa alors sa conception et son projet initial. Elle apprit en effet dans cet article que chaque jour des corps de réfugiés, hommes, femmes et enfants étaient retrouvés, inanimés, échoués sur la plage.


Dans son installation vous pourrez donc observer:

  • au premier plan, les corps des naufragés échoués sur la plage : la forme de leurs visages évoquent celles de galets, celle de leurs corps, celles de branchages;

  • en arrière plan, un peuple de migrants dont des mères à l’enfant : une figure très présente dans le travail de maman

  • sur votre droite, un bateau comprenant des racines car déracinés, les migrants emportent avec eux leurs histoires, leurs souvenirs, leurs cultures pour s’enraciner dans leur terre d’asile. Dans celle-ci se glisse également un bidon d’essence ainsi qu’une canette rouillés: signature de nos actions.



En effet, ne sommes nous pas au moins en partie responsables du spectacle auquel nous assistons?

Inquiète de l’avenir que nous offrons à nos enfants, en observant l’œuvre de maman, sa sensibilité a touché/ heurté la mienne.

En effet, le réchauffement climatique, l’effondrement de la biodiversité, l’épuisement de nos ressources... risquent d’engendrer des flux migratoires sans précédant.

Comment ne pas alors assumer la conséquence de nos actes? et réfléchir/ anticiper pour mieux accueillir ou mieux aider chez eux, ceux que nous avons pousser à fuir?


De cette rencontre est né, en toute humilité, un petit texte qui fait écho à œuvre de maman... Loin d’être une œuvre d’art c’est avant tout le cadeau d’une fille pour sa maman.



“Oh ma Terre! Toi qui m’as vu naître! Toi qui m’as nourri en ton sein! Toi qui m’as tant appris! Oh ma Terre! Où es tu? Je n’entends plus ton chant. Tes enivrants parfums se sont évanouis. Je ne te reconnais plus. Les caresses de ton souffle se sont éteintes. Oh ma Terre... Le goût de la vie est devenu si insipide sans toi! Nous t’avons découpée, vendue... Ignorions-nous que tu ne nous appartenais pas? Nous t’avons écorchée, empoisonnée, brûlée... Ignorions-nous que tu n’étais point immortel? Nous ne savions rien... Ou plutôt ne voulions rien savoir... Quelle folie! Quelle aliénation! Oh ma Terre... où es tu? où es tu?.... Dans un dernier élan de vie, je me relève, quitte la terre de mes ancêtres et me mets en route... Je pars... Je fouis... Je cherche... L’espoir me fait vivre, et me fait avancer... J’avance... Encore et encore... Je sillonne ta surface en quête d’un dernier fragment de toi... Et alors que je foule le sol, tes cendres encore incandescentes me brûlent la plante des pieds... Je me consume doucement j’hurle. Je m’éveille enfin et prends conscience de mon ignorance, mon arrogance qui dictaient ma vie jusqu’alors... Alors que je marche seul et sans but Je me reconnecte enfin à toi et à moi même... Oh ma Terre! Quelle ironie du sort! Alors que tu disparaît Je prends enfin conscience Que je suis toi Que tu es moi Que nous formons un tout. Nomade nous étions... Nomade je suis redevenu Passager du vent Témoin d’un instant Je ne suis plus le possesseur mais le possédé Je ne suis plus l’agresseur mais le gardien Je suis...

Oh ma Terre! Je suis toi. Tu es moi. Nous sommes..."


 


 



Derrière le mot nomade résonne en écho la magie de la liberté, du voyage, de la découverte du monde, de la rencontre de l'autre...

comme en témoignent ses très nombreuses représentations dans les peintures rupestres, le cheval semble suscité admiration et fascination auprès de nos lointains ancêtres, alors nomades.

Il est le symbole de la vitesse, de la liberté, du voyage.

Il est aussi source de nourriture et de vie. Cheval de consommation, cheval de travail, cheval de voyage, cheval de combat, cheval de spectacle, cheval de course, cheval mystique.

Suite à sa domestication à la fin du Paléolithique supérieur, 8000 ans environ avant JC, le cheval vit et évolue en lien étroit avec nous. S'il occupe une place centrale dans nos vies, il est d'autant plus important dans les peuples nomades, appelés pour certains peuples cavaliers.

Plus qu'un simple animal de compagnie, le cheval est un membre du groupe à part entière. Lui et son cavalier ne forme qu'un.. une chimère mi animal mi homme.

Les cavaliers de l'écurie des sources d'Apolline et de l'école de dressage souhaitent partager avec vous les fruits de nombreuses années de travail, durant lesquelles ils ont pu tisser des relations privilégiaires avec leur cheval.

En effet, il n'y a pas deux cavaliers, deux chevaux, deux couples cavalier-cheval identiques. Chacun d'eux est unique !

Place à présent à la poésie et au spectacle.

Bon voyage !


 

Liberté

Hortense - Thor - Florence


JE SUIS LA BRUNE CAVALIERE MONGOLE


Je suis la brune cavalière mongole

Et je vais gagner la grande course du Nadaam

La fête aux deux mille chevaux

Je m'envolerai sur mon petit étalon

Qui ne craint ni les loups gris

Ni le creux des vallées sombres

Ni le hurlement des cavaliers

Ni le sifflement des serpents

Au long des trente kilomètres de course

Personne ne pourra nous rattraper

Car je suis l'air et la vitesse

Je suis l'arc et la flèche

Je suis le vent de la steppe

Et je me fondrai dans son souffle

Restée au village ma mère prie les esprits

Pour qu'ils libèrent ma route et guident mes pas

Ne faites pas confiance à mon sourire timide

Depuis que j'ai deux ans Père et grand-père m'entraînent tous les jours

Qu'il vente ou qu'il neige

Avec mes frères et mes sœurs

Garçons et filles mélangées qu'importe

Que le meilleur gagne

Il portera nos couleurs

Et ce fut moi l'enfant sauvage

Je connais tout du cheval et de la course

Que les autres s'approchent

Avec leurs espoirs vains leurs muscles inutiles

Leurs cravaches et leurs rictus

Ils ne peuvent rien contre nous deux

Toi ton dos fort court et droit

Moi mes reins souples et mes jambes d'acier

Cheval mon frère nous ne ferons qu'un

Notre corps à corps comme une musique

Battra le rythme millénaire de la terre.

Et quand j'aurai remporté le trophée « tumny ekh »

Moi l'imparable déesse pubère

La Mongolie entière clamera mon nom

Pour la nuit des temps.



 

Le trio rêveur

Hortense - Thor - Florence


Rêverie Nomade,


Nomade. Libre comme l'air,

Je vais là où le vent m'emporte,

Car je n'ai point d'attache, Point de maison.


La Terre est ma fondation.

La voie lactée ma voûte.

Les pieds sur Terre, La tête dans les étoiles,

Je rêve ma vie. Je vie mon rêve.


Claire LORSOM



Rêve


Je rêve, perdue dans mes pensées.

Je rêve, et je m'égare vers des pensées.

Je rêve, et je m'évade de ses pensées.


Nul besoin de voyager pour être libre.

Nul besoin de dormir pour rêver.

Nul besoin d'espace pour être soi.


Je rêve, libre d'être moi.


Florence Hoohs



 

La présentation des poulains Oldenbourg de l'élevage Aux Sources d'Apolline


Poulains


Sunflower : fille de Jovian et de Shahira (par Sandro King)

Dahlia : fille de Morricone et de Rudbeckia (par De Niro)

Wahida: fille de Morricone et de Ophélia (Weltit 2)

Falcon: fils de Florentz et d'Uranie (par Belfort)

Falcor: fils de Florentz et de Vénéra (par Flipper d’Elle)



Présentation réalisée par les soin de : Antoine, Lisa, Marc, Enzo, Elsa

 

Les présentations de l'école de Haute Alsace



Victory

Ambre - Chanel


Bénédicte - Islero


Ophélie - Bill - Disney

 

Pas de deux


Hortense avec Asclépios et Constance avec Eclat d'Or ont présenté un pas de deux avec des figures de dressage classique, alliant technicité et précision.


Les ensembles portés viennent de la sellerie Cavalgreen.


 

Présentation d'une reprise libre en musique de para dressage



Cloé - Fellini

 

Les sauts humoristiques







Les cavaliers des Sources d'Apolline ont présentés un numéro humoristique.

Lilly - Constance - Elsa - Clara - Julia - Léopoldine - Margot - Clémence

 



Merci à tous pour ces moments de partage !



67 vues0 commentaire